La laie tiers et le poteau laid

12 08 2012

Un exercice d’écriture suggéré par Rebecca : jouer avec les sons ou en plus savant, jongler avec l’homophonie sans se soucier deux l’or taux graf.  Je me suis divertie avec Perrette.  A lire à haute voix, zavec les liaisons :-)

  Perrette et le pot au lait

Père Hette, sûr ça tête haie y en un poteau laid
Bien pause et sur un cou si naît,
Pré tant dès tard river cent zan con bras la ville.
Lait gère et court vais tu elle a les tas grands pas ;
Et y’en mis séjour la pour hêtre plus âge ile
Cotie yon saint plait sous lit haie plat
Notre laie tiers un si trou sait
Con tes dès jade en sa panse et
Tout le pris deux sont laid, en ample oh yé lard gens,
Hache tais un sang deux, fée zétrie plait coup vais,
La chaux a laid ta bien par son sou un dit lit gens.
Il met dix et tel face ile
Des lever des poux laids haut tour deux ma mais on :
L’heureux nard ce rat bien à bile,
S’il ment les ceux à ses poux rat voir un coach on
le port à cent grès ces coup te rat peut deux sont ;
Il est tes qu’en jeu lu deux gros sœurs raie zonable ;
Jo raie l’heureux vent dans deux lard gens balai bond
Hè qui ment pêche rat deux maîtres en nos traitables,
Vue le pris dont y lait, hune va chez son vaut,
Queux jeu vers haie seau thé haut mie lieu du trou pot ?
Père Hette
, là deux sus, sot haut si, transe port hé.
Le laiton be, à dix eux, vaut, va chez, coach on, coup vais.

J’espère que vous vous êtes amusés, voici le texte orginal

La laitière et le pot au lait

Perrette, sur sa tête ayant un pot au lait
Bien posé sur un coussinet,
Prétendait arriver sans encombre à la ville.
Légère et court vêtue elle allait à grands pas ;
Ayant mis ce jour-là pour être plus agile
Cotillon simple, et souliers plats.
Notre Laitière ainsi troussée
Comptait déjà dans sa pensée
Tout le prix de son lait, en employait l’argent,
Achetait un cent d’ œufs, faisait triple couvée ;
La chose allait à bien par son soin diligent.
Il m’est, disait-elle, facile
D’élever des poulets autour de ma maison :
Le Renard sera bien habile,
S’il ne m’en laisse assez pour avoir un cochon.
Le porc à s’engraisser coûtera peu de son ;
Il était quand je l’eus de grosseur raisonnable ;
J’aurai le revendant de l’argent bel et bon ;
Et qui m’empêchera de mettre en notre étable,
Vu le prix dont il est, une vache et son veau,
Que je verrai sauter au milieu du troupeau ?
Perrette là-dessus saute aussi, transportée.

© Filplume


Actions

Informations





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 603 articles | blog Gratuit | Abus?