L’heure du rat

17 01 2013

Écriture à 4 mains.

A la manière d’Une histoire à quatre voix de Anthony Browne. Cet album de littérature de jeunesse rapporte la sortie au parc de quatre personnes : une femme et son fils, un père et sa fille. Chacun à son tour raconte la promenade de son point de vue.

L’exercice : choisir un fait ou un moment et le raconter quatre fois, de façon brève, en prenant les points de vue du personnage principal, de deux témoins et d’un objet qui joue un rôle dans la scène.

Elle, amusée

Il avance en équilibre sur le rebord de la fenêtre du salon, altier, la queue en l’air. Les positions dominantes ont sa faveur. Soudain, ses prunelles s’allument d’un nouvel éclat. Nerveusement, il tourne la tête sur le côté, saute à terre et s’élance dans une course rapide autour de la table. Ses pattes avants semblent avaler le sol et négocient un virage au coin de la table. Le train arrière chasse, il patine, dérape et repart de plus belle vers le couloir. Il grimpe les escaliers quatre à quatre en tentant probablement de battre son dernier record. A l’étage, ses pattes griffues rythment un staccato trépidant sur le parquet. Toutes les pièces y passent, accélérations, dérapages, ralentissements, ré accélérations se succèdent. C’est l’heure du rat.

Après quelques minutes folles, la cavalcade décroît et s’éteint, le silence revient. Du haut des marches il jette un regard princier avant d’entamer sa descente d’une démarche assurée, majestueux, autant qu’on peut l’être la tête en bas et le cul en l’air deux marches plus haut. Puis il se dirige vers moi, saute derechef sur mes genoux et s’y installe en rond sans solliciter mon accord, en heureux propriétaire. Une dernière léchouille sur sa patte et il s’endort.

Le chat, roi des souris

Chut ! Je crois que j’ai entendu un bruit, cela provient de la salon. Essayons de surprendre l’intruse. Rien du côté de la fenêtre, voyons un peu plus loin. Là, je l’ai vue, elle se cache sous la table. Je m’en vais te la déloger de là. Ah, la futée elle profite de mon dérapage pour envahir l’étage. Si elle croit m’échapper, elle se trompe. Je suis le plus rapide en gravissement d’escaliers. Aucune marche ne me résiste, je m’envole. La voilà, sous le lit. A nous deux. Elle s’enfuie dans l’autre chambre, sous l’armoire, puis derrière le chevet. Elle est bionique ou quoi ? Non, elles sont plusieurs, je comprends mieux. C’est une invasion ! Aux grands maux, les grands remèdes, un double salto et me voici transformé.  Je suis devenu “Super Cat” et je vous attraperai toutes, une par une ou deux par deux s’il le faut. Gare à vous !
Ah, cela fait du bien un peu d’exercice, mais je reprendrai la chasse demain. Désolé les filles, mon humaine lit en bas, je vais la rejoindre pour une sieste réparatrice.

L’escalier, mégalo

Je suis le centre névralgique de ces lieux. Dès l’ouverture de la porte principale on me découvre, et comme dans les maisons coloniales du sud des États Unis je m’élève impérialement et distribue toutes les pièces de l’étage. Au rez de chaussée j’occupe le centre du hall et régule la circulation. Je vois tout et distingue tous les pas. Lui, le pied bien posé sur chacune de mes marches en une ascension lente et mesurée. Elle, guillerette, sur la pointe des pieds pour muscler ses fessiers. Et ce fada de chat qui se prend pour un super héros.

Lui, lapidaire

Il est con ton chat.

chat blanc

Qui va là ?

 Exercice proposé par Rebecca

# Filplume


Actions

Informations





Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 603 articles | blog Gratuit | Abus?