J-4

30 04 2017

Une fois n’est pas coutume …

j-4

Filplume



Dans le massif des Costes

19 03 2017

Tout mon matériel , couture, tricot, tissus, est dans les cartons et le plus gênant…  à 730 km !

Et puis en ce moment je n’ai pas trop envie de travailler de mes petits doigts. Je préfère travailler des petons et des guibolles.  C’est fou le nombre de muscles oubliés tout au long de cet hiver pourtant très occupé.

Nous randonnons derrière chez nous presque chaque jour. Et derrière chez nous savez vous quoi qui n’y a ? Y a le massif des Costes, absolument magnifique quelque soit la saison.  En ce printemps, sous un ciel d’azur fleurissent le romarin et le thym qui embaument à tour de rôle sous nos pas. Et puis il y a surtout les iris sauvages qui nous offrent d’extraordinaires tales bleues et jaunes. Un enchantement.

iris sauvages

iris sauvages

Et comme je suis toujours en froid avec mon appareil photo, j’ai emprunté les images à décrirepaysages,  que je remercie. Ces images auraient pu être prises dans les Costes.

Filplume



Deuxième tour pour les visites

16 03 2017

Où vous avais-je laissés ? Hum, quelques jours avant le déménagement.

Aujourd’hui c’est chose faite. Nous avons eu beaucoup de chance avec le temps. Pluie la veille et lendemain du grand déménagement. Rien le jour J.  5 copains et mon mari, plus mon père en chef de chantier. Nous avons tout stocké chez lui. Route vers le sud dimanche avec là encore le temps avec nous jusqu’à l’arrivée. Juste le temps de vider la remorque. Timing parfait.

Nous avions projeté de nous poser un peu. C’était sans compter sur les agences qui attendaient de pied ferme notre arrivée. Et c ‘est reparti pour les visites, cette fois de l’appartement. A ranger et à briquer pour 2 à 3 visites par semaine. Même si sans visites notre sweet- home est plutôt du genre propret. Nous le présentons nickel. Une contre visite cet après midi, alors au programme ce matin : nickeliser l’appartement. Sympa ce néologisme, pas facile à prononcer ;-)

Allez, je lâche le clavier et m’en vais nickeliser !

Filplume



Des cartons, encore des cartons

1 03 2017

Ca y est ! tout est en carton :-)

Ou presque, il nous reste : 4 assiettes et gobelets en plastique, 2 lots de couverts chacun, 2 bols, 1 poêle et  1 casserole pour deux jours.

Et une petite valise de vêtements tout de même !

Après des semaines de tri, de vente sur le bon coin, de dons aux Emmaüs et de petits tours par la déchetterie. Puis 9 jours de mise en cartons, emballage de meubles ou de démontage, d’emballages d’objets fragiles (là nous avons évité le démontage !) dans du papier bulle ou du papier cellophane, de décrochage de rideaux et de luminaires et j’en passe. Ceux qui ont déjà vidé une grande maison savent !

Nous sommes sur les rotules, archi crevés et archi contents. Pour la peine un petit restaurant ce midi, nous l’avons bien mérité.

Campement encore demain puis déménagement vendredi, ou plutôt stockage chez mon père.

Samedi repos chez des amis et départ dimanche matin pour le SUD dans notre petit appartement en attendant de trouver la maison de nos rêves.

Filplume



Mon nouvel appareil photo

22 01 2017

A quoi tu vois que tu as pris quelques dizaines de bougies ? Au fait que si l’on change quelques données techniques de ces maudits appareils qui jalonnent ton quotidien, cela tient pour toi d’un bouleversement agaçant, très agaçant !

Je ne m’habitue pas à mon nouvel appareil photo, je suis passée de mon Canon que j’avais bien en main à un Polaroïd que je jetterais volontiers par terre. Mon pauvre Canon lui est tombé tout seul par terre ! Comme je le regrette. J’ai l’impression de ne même plus savoir appuyer sur un bouton. C’est flou, c’est bougé, il ne cesse de faire le point quand j’appuie. Ça m’énerve !

La notice est miniature. A tel point que même avec ma loupe de broderie je n’arrive pas à la déchiffrer.  Elle est aussi minimaliste, elle tient en deux pages ! Quand je me balade dans les propriétés, il y a plusieurs tailles d’image, laquelle est la meilleure ? Que faire de la balance des blancs ? Et des termes qui me sont inconnus. C’est quoi l’ISO ?

Il y a aussi l’extraction d’images. Avec mon cher Canon, rien de plus simple. Là malgré le choix du dossier, qu’il faut refaire à chaque fois cela dit en passant, j’ai un mal fou à retrouver l’image, qu’il faut renommer avant de la retraiter. C’est le bazar dans mes fichiers depuis que j’ai fait nettoyé mon PC. Grrrr ! Je passe dix minutes à cliquer avant d’avoir une photo à déposer sur mon blog. Un pensum !

Pour vider l’appareil, c’est une par une et non toutes en une seule fois ! Ou alors je n’ai pas encore trouvé le bon raccourci clavier pour sélectionner tout, alors que cela fonctionnait parfaitement avec le Canon.

Rendez moi mon Canon !

Bref, je n’ai plus de plaisir à mettre en scène mes petites créations et à vous les faire partager. Je prendrais bien un cours de Polaroïd ! Et de Windows 8 par la même occasion pour faire un bon tri dans mes fichiers. J’ai plein de dossiers en double (que je n’ai pas créés) avec des contenus différents. Que c’est irritant !

Même chose pour mon téléphone dont je vous parlerai peut-être un peu plus tard. Il m’énerve bien aussi celui là ! L’autre est tombé par terre aussi.

Tiens il faudrait que j’écrive un petit truc sur “tombé par terre”, ce serait rigolo.

Filplume



A l’horizon 2017

4 01 2017

Les jours passent et mon blog reste muet.

La préparation des fêtes a pris un peu (pas mal) de temps. La maison a été pleine deux semaines. Je n’ai touché à aucune aiguille, ni à coudre, ni à broder, ni à tricoter. Il faudra tout de même que je vous montre mes en cours.

Sans compter qu’en parallèle, la maison est en vente. Donc propre, rangée, décorée pour les visites, ça prend du temps aussi. Du temps matériel et du temps pour l’esprit. Le coup de cœur a eu lieu, le troisième, et là le compromis est signé. Nous croisons les doigts pour que les acquéreurs obtiennent leur prêt.

Il faut donc commencer à préparer le déménagement. Et là c’est pas de la tarte.  Vider une grande maison… avec 6 pièces, un garage, un grenier, un atelier et un studio. Faire le tri, on garde, on donne, on jette… pffff ! ça occupe ! Parfois je me sens un peu dépassée. Et je parle pas de la paperasse et de la sécu qui par un sens inné du timing m’adresse les rappels de bilans à faire. Pfff….

Sinon le père Noël m’a apporté un nouvel appareil photo. Maintenant il faut que je l’apprivoise, que j’installe le CD qui va bien et tutti quanti. Bientôt à nouveau quelques photos de mes en cours pour commencer.

Filplume.



Acrostiche pour Moïra

17 11 2016

Un acrostiche qui a voyagé avec l’oiseau rose jusqu’à ma petite Moïra

oiseau rose

Mon petit petit oiseau des îles, mon petit oiseau de Lille,

Où que je sois, en forêt, au jardin, dans mon atelier, je pense à toi

Imagine ce bel oiseau rose volant vers toi pour veiller sur ton sommeil

Rayon de soleil arrivé au début de l’automne, tu illumines la vie de tes parents

Ange, princesse, petit oisillon tu ébouriffes mon cœur de bonheur.

Filplume



Cascade de coquilles de noix

18 06 2016

Vous reprendrez bien un peu de coquilles de noix, en bocal cette fois pour rester dans mon thème.

pique aiguilles en bocal

Piques aiguilles en bocal

Et puis un petit tautogramme pour le plaisir

Ces coquettes coquilles cousues cascadent comme cinq charmants cadeaux chatoyants.

Coquilles de noix brodées pour pique aiguilles en bocal

Promis, “demain j’arrête”
Les fans comprendront ;-)

Filplume



Quelqu’un pour qui tricoter

14 06 2016

Le groupe des fans de Gilles Legardinier auquel je participe organise un LOGO RALLYE. Pas moins de 54 mots empruntés aux titres ou aux textes des derniers romans.

Pas d’obligation à utiliser les 54 mots bien sûrs. J’en ai utilisé pas mal cependant… Les mots imposés sont en majuscules.

QUELQU’UN POUR QUI TRICOTER

  • Non, je n’irai pas à EDIMBOURG chez la vieille CELINE ! Un vrai MAJORDOME, en plus elle pique ! s’écrie le CHAT.

Les bras croisés sur poitrine il boude. MARIE n’avait pas imaginé avec quelques bouts de laine donner vie à un chat DEJANTE, de laine mais DEJANTE tout de même. Quelle FOLIE !

Depuis son départ à la retraite, l’ancienne INFIRMIERE s’ennuyait dans son grand APPARTEMENT. Elle avait commencé par le redécorer. Exit le papier peint désuet aux ANGES dorés du séjour, les BALLONS ROUGES de la chambre d’enfant. Une fois L’APPAREMENT rénové avec CHALEUR, l’ennui était revenu.

Puis un COUPLE qui attendait un bébé avait emménagé juste au dessus. Ses ENFANTS ayant grandi, MARIE avait relégué sans REGRETS ses aiguilles à tricoter au fond d’un tiroir. Elle les ressortit avec un évident plaisir, presque des RETROUVAILLES. Elle avait à nouveau QUELQU’UN pour qui tricoter.

Du plus profond de son imagination avaient émergé sous ses doigts des petits bouts de jersey rayés et multicolores, qui une fois les fils arrêtés, les morceaux assemblés et rembourrés donnèrent un doudou unique pour un bébé CHARMANT. Elle préféra attendre encore quelques jours avant de l’offrir à la petite LEA qui venait de naître. Elle lui trouvait un je ne sais quoi d’ HUMANITE. Sur la PLANCHE de bois flotté, devenue étagère le doudou trônait à côté d’un KANGOUROU en papier mâché et d’un LAPIN ROSE en céramique. MARIE a toujours eu de drôles de goûts, un UNIVERS bien à elle. Par exemple, de ses CASSEROLES ont surgit pour sa FAMILLE ou ses AMIES quantité de ses fameux GATEAUX AU CITRON et aux bonbons PETILLANTS. Pas RATES, juste surprenants, leur vrai VALEUR tenait au fait qu’il étaient réalisés par AMITIE avec GENEROSITE.

Je te GLOBICHE avait-elle dit un soir au CHAT de laine. Que se passa-t-il durant la NUIT, toujours est-il qu’au matin, il avait croisé les jambes. MARIE ne s’en aperçut pas SPONTANEMENT. Puis il lui semblât être suivie du regard, une impression fugace. J’ai les neurones complètement CRAMES pensa-t-elle. DEMAIN, J’ARRETE les romans policiers et le PARACETAMOL.

  • Tu me donnes quand à LEA ?

Marie sursauta. QUELQU’UN avait parlé. Elle regarda par la fenêtre, juste la branche de l’ ARBRE qui gratte la vitre. A la porte, personne.

  • Tu me donnes quand à LEA ?

L’EMOTION passée, elle dût se rendre à l’évidence, le CHAT de laine l’interpellait.

  • Tu parles ?
  • Et alors ? Cela t’étonne.
  • Un peu tout de même. La SITUATION n’est pas banale.

Au fil des jours, entre FOUS RIRES et LARMES un dialogue s’instaura entre MARIE et son CHAT de laine. Plus question donner ce PROTOTYPE à la PERSONNALITE affirmée au bébé des voisins.

  • Désormais j’aimerais que tu m’appelles ANDREW, Doudou c’est naze.
  • Et pourquoi pas MEPHITSTO, je suis SCIEE, tu MANQUES totalement d’ HUMILITE, je continuerai de te nommer Doudou.

Doudou bouda une fois de plus et en incorrigible bavard relança la discussion.

  • Qu’est que tu fais ?
  • Je tricote
  • Je le vois bien, c’est quoi ? C’est pour un DEGUISEMENT ?
  • C’est une ECHARPE.
  • Pour qui ?
  • Pour toi, ANDREW.
  • N’empêche, j’irai pas à EDIMBOURG DEMAIN.

Avoir quelqu’un pour qui tricoter ce n’est pas seulement de l’ AMOUR à donner, c’est avoir QUELQU’UN pour le recevoir.

Vous l’avez reconnu ?

doudou chat boudeur

Sylvie Andreini



Au pays du fouillis joli

19 04 2016

Il était une fois, une jolie boite en carton bouilli.
Pleine à craquer de rubans, de dentelles, de croquets,
Achetés, récupérés, stockés, un vrai charivari
De toutes les couleurs, de toutes les formes, chaotique bouquet.

De ce chaos plein de vie,
J’ai extrait rubans, croquets et dentelles blanches.
Et dans un bocal d’antan, façon avalanche
J’ai créé un nouveau fouillis joli.

Bocal de rubans et dentelle blanche

Bocal de rubans et dentelles blanches

bocal de rubans et dentelles blanches

Au bonheur des dentelles et rubans

Filplume








Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 598 articles | blog Gratuit | Abus?