Au pays du fouillis joli

19 04 2016

Il était une fois, une jolie boite en carton bouilli.
Pleine à craquer de rubans, de dentelles, de croquets,
Achetés, récupérés, stockés, un vrai charivari
De toutes les couleurs, de toutes les formes, chaotique bouquet.

De ce chaos plein de vie,
J’ai extrait rubans, croquets et dentelles blanches.
Et dans un bocal d’antan, façon avalanche
J’ai créé un nouveau fouillis joli.

Bocal de rubans et dentelle blanche

Bocal de rubans et dentelles blanches

bocal de rubans et dentelles blanches

Au bonheur des dentelles et rubans

Filplume



C’est le four

4 04 2016

Quoi c’est tout, le four ? Décidément c’est un peu court !

Je pourrais ajouter à cela que j’aime son esthétisme, ses formes épurées et géométriques, son teint d’ébène encadré d’aluminium brossé piqué de beaux yeux bleus, pardon d’affichage horaire lumineux.
Je pourrais dire encore que j’aime sa porte froide, très judicieux ; sa fonction d’auto nettoyage, super pratique et bien d’autres choses encore.

Mais ce que je préfère c’est ce qu’il me donne, à chaque fois, sans jamais rechigner.

J’enfourne un poulet tout cru, tout pâle, il me le rend doré à souhait.
J’enfourne un moule à demi empli d’une préparation pâteuse blanchâtre, il m’offre un cake blond à souhait et odorant.

J’enfourne une plaque de vagues petits tas informes, il en ressort de magnifiques choux, drôlement bien gonflés, prêts à être garnis de crème pâtissière et décorés de glace royale.

Oui, mon four est la générosité incarnée, c’est l’objet domestique du bonheur et de la convivialité. On l’allume pour y cuisiner quelques plats ou desserts que l’on partagera autour d’une jolie table entourés d’êtres qui nous sont chers.

Et pendant ce temps là il refroidira, modestement, en silence. C’est génial un four !

choux à la crème

Et vous, c’est quoi votre objet domestique préféré ?

Filplume



Quel est votre objet domestique préféré ?

2 04 2016

Récemment, l’éphéméride de Flow (mon magazine favori) suggérait “dessinez ci dessous votre objet domestique préféré“. Ah non, c’est un peu court jeune Flow, on pouvait dire, bien des choses en somme. Enfantin : s’il vous plait dessines moi ton objet domestique préféré. Curieux : c’est quoi ton ustensile préféré ? Professoral : sortez vos cahiers et dessinez votre objet usuel favori.
Moi, rebelle :  Dessiner, si je veux !

Passé le moment de surprise, j’ai eu envie de jouer le jeu et cherché quel pourrait bien être mon objet domestique préféré. Et j’ai du y réfléchir plus longtemps que je ne le pensais. La première idée qui est venue est tout à fait saugrenue. Cet objet serait coiffé en brosse, hérissé de pics blancs plantés drus, emmanché d’un long cou bleu et couronné d’un voile en microfibres humide. A condition toutefois que les mains de l’homme soient dans le prolongement du manche bleu. Car le bleu, c’est bien connu est la couleur des garçons.

Trêve de féminisme. La seconde idée est plus prosaïque. S’il est un appareil ménager dont je ne pourrai plus me passer c’est la machine à laver le linge. Notez bien “plus”, car sans paraître radoteuse, je n’ai pas toujours connu cet appareil magique. Petite fille j’accompagnais mes grands-mères au lavoir du village. Elles y retrouvaient nombre d’autres femmes, comme elles, à genoux, battoir à la main. Quel mérite. J’ai aussi lavé le linge familial avec ma mère, puis seule, dans la grande bassine en fonte juchée sur deux tréteaux (la bassine, pas moi). Une planche blanchie et lisse d’usure plongeait dans la cuve à demi remplie d’eau qu’on avait fait chauffer auparavant sur la cuisinière. Il fallait frotter le linge avec le gros savon de Marseille et le brosser énergiquement avec la brosse à chien dent. Puis essorer, rincer et recommencer deux fois.

A dix huit ans j’ai pris mon indépendance et dans ma chambre de bonne à Paris, au sixième sans ascenseur, il y avait comble du luxe un minuscule lavabo d’eau froide ! Alors j’ai acheté une grande cuvette, et comme avant, j’ai fait chauffer l’eau dans une casserole et frotté mon linge à la main accroupie par-terre pour ne pas mouiller mon bureau.

Et un jour j’ai eu une machine à laver le linge. Un miracle ! Je vous le dis, c’est la plus belle invention du XXe siècle. Mais ce n’est pas mon objet domestique préféré, car à y bien penser celui qui emporte le premier prix c’est le four…

A suivre…

lavoir Dormelles

Le lavoir de mon enfance

image empruntée à Loisirs en Gâtinais

Filplume



Plaisirs du dimanche

27 03 2016

Le plaisir du dimanche commence dès le samedi matin en allant chercher le journal avec son supplément fin de semaine (notez que je n’ai pas cédé à l’anglicisme). Et que je ne cède pas non plus à la tentation de feuilleter in peto le magazine.
Il se poursuit le dimanche matin par l’emplette de la baguette tradition complétée de petits gâteaux aussi beaux que délicieux.

Puis vient LE moment. Celui où je dispose sur la table basse le gâteau, aujourd’hui une mousseline vanille fourrée d’un coulis de framboise sur lit de craquelin. Puis, j’ouvre le supplément à la bonne page, celle des mots croisés de Michel Laclos. Les seuls, les vrais. Les connaisseurs approuveront.

Et c’est parti pour une ou deux heures de sport cérébral dopée avec une gourmandise (faut tenir la distance ;-)

mots croisés michel laclos

En plus aujourd’hui il pleut, un début d’après midi au top !

Filplume



Ecriture commune pour Gilles Legardinier

29 01 2016

Je participe à une écriture commune, le destinataire en est Gilles Legardinier, écrivain de livres aussi chouettes que “demain, j’arrête” ou “complètement cramé” ou le tout dernier “quelqu’un pour qui trembler”.
Nous sommes 19 participants. Le thème : Noël, et plus précisément la quête de l’esprit de Noël. Direction la Laponie, un elfe nommé Malice, les hauts sapins verts et une maisonnette. J’arrive en 9e position d’écriture et la dernière phrase du 8e  participant était :

De la fumée sortait doucement de la cheminée et une douce lumière dorée s’échappait des quelques petites fenêtres projetant un halo de lumière sur le tapis de neige immaculé. Sur la porte, un petit écriteau de bois joliment sculpté indiquait juste ces quelques mots « Ne restez pas dehors, entrez ! »

maison ronde

Voici ma contribution aux tribulations du héros.

Gilles toque néanmoins à la porte qui s’ouvre seule comme par enchantement. Il n’en est pas plus étonné que cela. Il se passe tant d’événements curieux depuis le début de ses pérégrinations que finalement une porte qui s’ouvre seule lui semble presque normal.

Il entre dans la maisonnette, c’est une grande pièce unique, ronde. Au centre, un feu crépite dans un foyer fait d’un simple cercle de pierres. La fumée s’échappe en volutes par le plafond percé d’un orifice d’où l’on peut apercevoir les étoiles de la nuit polaire. Une vieille femme assise sur un fauteuil bas tisonne les braises.

- Te voici enfin Gilles, tu en as mis du temps dit la vieille sans le regarder.
- Vous me connaissez ? Vous saviez que j’allais venir ? Comment est-ce possible ? s’exclame Gilles qui en a retrouvé la voix.

La vieille femme élude ses questions d’un geste de la main et esquisse un sourire malicieux.
- Assieds toi et ne t’encombres pas de questions inutiles dit-elle en lui désignant un siège biscornu fait de branchages, l’assise est en peau de renne tendue et l’ensemble semble bien fragile.

Il s’installe précautionneusement.
- Alors comme ça tu cherches des réponses, mais connais-tu au moins la question ?

Gilles interloqué ne sait que répondre. En effet quelle est la question ?

La vieille, bienveillante, lui offre une tasse de thé avec une tranche de pain d’épices et le laisse à ses réflexions. Un thé bien chaud, un pain d’épices parfumé, la chaleur réconfortante de la flambée, Gilles finit par s’assoupir. Après un moment, il sent sur sa main la caresse d’un ruban de soie . Il tire le ruban encore et encore, comme il est long ! Et enfin au bout il aperçoit quelques mots, des mots lumineux qui forment une phrase, non qui forment une question et qui s’évanouissent aussitôt dans un battement d’ailes.

Il s’éveille en sursaut et s’écrie :
- J’ai trouvé la question !
- Enfin ! réplique la vieille qui se dirige au fond de la pièce.

Elle en revient avec un cage où trône un bel oiseau bleu. La porte de la cage est fermée d’un ruban de soie bleue. La vieille dénoue le ruban et libère l’oiseau. Elle met dans la main de Gilles le ruban et lui explique :
- Malice t’attend dehors, suivez l’oiseau bleu, il vous conduira là où tu veux aller. Prends aussi ce ruban, il pourra te servir quand tu seras en difficulté.

Gilles sort de la maisonnette après avoir chaleureusement remercié la vieille femme et s’en va retrouver Malice.

oiseau bleu

Sylvie Andreini



Citation du jour - Winston Churchill

13 01 2016

Chaque jour j’effeuille mon éphéméride perpétuel offert par Flow.

La citation d’aujourd’hui m’interpelle particulièrement car elle correspond à ma philosophie de vie.
Elle est de Winston Churchill.

img_1227-citation-churchill.jpg

Devant chaque difficulté, je m’attache à redresser la tête pour relever le défi face aux aléas (parfois l’adversité est coriace !) et ainsi choisir l’opportunité d’embellir ma vie de pensées positives pour aller toujours de l’avant vers de nouvelles découvertes.

Non mais c’est qui la plus forte !

Filplume



Éphéméride perpétuel

2 01 2016

366 jours de bonheur cette année !

Le magazine Flow (que j’adore) a imaginé une éphéméride avec une nouvelle surprise chaque jour. Et comme 2016 est une année bissextile ce sont 366 moments qui accompagneront mon année.

Un petit cadeau à savourer chaque jour : belles citations, petites astuces, idées inspirantes et jolies illustrations.
Toute une année autour de 3 thèmes : Douceur de vivre, esprit libre et belles rencontres.

ephemeride citations

Cela a été ma petite activité du 1er janvier, juste à propos. Détacher toutes les petites cartes prédécoupées et les glisser sur un ruban avec un charme. Un 1er janvier sous le signe des “belles rencontres”.

ephemeride 1 janvier

Et comme nous sommes le 2 janvier, découvrez également la fiche d’aujourd’hui sous le signe “esprit libre”.

Belle année 2016 à toutes et à tous.

ephemeride 2 janvier

Filplume



Pour Astrid et Thomas

20 09 2015

Acrostiche

Aujourd’hui est un très grand jour,

S‘unir pour la vie est une très belle preuve d’amour.

Telle la petite fée, je vous prédis

Rêves à partager et à réaliser qui

Illumineront votre foyer

Déjà comblé par votre adorable petite Hanaë.

&

Tendresse et générosité vous caractérisent,

Harmonie et enthousiasme règnent dans votre logis.

Oui, vous avez dit oui à la poursuite de la

Merveilleuse et magique aventure qu’est la vie à deux.

Astrid, Thomas,

Soyez les plus heureux ce jour et pour très longtemps.

Le 19 septembre 2015

Filplume



Anniversaire de mariage

10 09 2015

J10 - Un jour très spécial 

C’était il y a 10 ans, le 10 septembre 2005.

coussin mariage

Le ciel avait décidé de bénir notre union. Il pleuvait des seaux. Mariage pluvieux, mariage heureux dit l’adage. Et en début d’après midi, un rayon de soleil venait percer le gris du ciel, puis deux, puis trois et bientôt les nuées s’éclipsaient et c’est sous une chaude et belle lumière d’automne que nous accueillions nos invités dans la cour de la mairie.

Dans la salle des mariages, le soleil entrait à flots par les grandes baies. Depuis ce jour, l’astre brille sur notre union. Point d’orages entre nous. Et c’est avec l’énergie que procure l’amour sincère que nous avons fait grandir notre attachement même s’il a fallut lutter contre l’adversité du sort qui semblait vouloir s’acharner sur nous. Nous avons encore et toujours de beaux projets. Nous avançons en souriant sans nous lâcher la main avec confiance dans notre avenir. C’est peut-être cela le secret de notre bonheur.

Filplume

Mots clés : coussin mariage au point compté



Il a neigé sous le pommier

28 04 2015

Il a neigé sous le pommier,
Le soir où le vent s’est levé,
Des flocons de pétales blancs.
Mais il pleut souvent au printemps,
De belles gouttes de velours végétales
Parsèment le pré de diamants veloutés.

Une bourrasque et les corolles
Caressent l’herbe folle.
Encore un souffle dans la nuit
Et les branches débarrassées
De leur bel habit nacré
Se couvriront de boutons de fruits.

.
pétales pommier en fleurs

Filplume







Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 603 articles | blog Gratuit | Abus?